Le chancre coloré diagnostiqué sur un platane de Trets

Malheureusement, vous allez constater prochainement que la Place de la Libération s’apprête à perdre son habit végétal.
Le verdict du diagnostic mené par l’ONF en décembre 2018 des 169 platanes que compte notre Commune est sans appel : une suspicion du chancre coloré est révélée sur un platane Place de la Libération. Les analyses effectuées en janvier dernier ont confirmé la présence de ce champignon, déjà responsable de l’abattage de plusieurs dizaines de milliers de platanes de la région, notamment le long du canal du Midi ou encore plus récemment à Aix-en-Provence.
Dès lors, les arrêtés ministériel du 22 mai 2015 et préfectoral du 19 septembre 2018 imposent que tous les spécimens sur un rayon de 35 mètres autour de l’arbre contaminé soient abattus, soit 16 arbres supplémentaires.
C’est donc avec beaucoup de tristesse que le Maire doit faire procéder à l’abattage et au dessouchage de 17 platanes de la Place de la Libération, et ce afin d’éviter toute propagation du chancre coloré sur notre territoire, mais aussi pour sécuriser une Place grandement fréquentée en prévenant le risque de chutes d’arbres.
En date du 19 mars 2019, les services de l’État ont notifié à la Municipalité que l’abattage et le dessouchage devra intervenir dans un délai de 2 mois.
Ce n’est donc pas de gaieté de cœur que Monsieur le Maire a mandaté l’entreprise Dolza (agréée par le Service Régional de l’Alimentation de la DRAAF PACA) afin de procéder à l’extraction et à la mise en œuvre du protocole spécifique d’abattage et de dessouchage sur un foyer de platanes atteints par le chancre coloré.
Le chantier se déroulera en deux phases distinctes : la première consistant à l’abattage et à la dévitalisation des platanes ; quant à la seconde, elle interviendra un mois plus tard et permettra de réaliser le dessouchage.
La première phase, qui débutera d’ici fin mai, nécessite le déploiement d’un important dispositif de confinement de la zone concernée face au risque de propagation de la maladie:
  • Un périmètre sera balisé à l’aide de barrières HERAS, et seuls le personnel et le matériel habilités seront autorisés à y pénétrer ;
  • Un géotextile, traité préalablement, sera placé au sol de la zone de façonnage et de stockage ;
  • Chaque convoi d’extraction des rémanents sera nettoyé et désinfecté avant de quitter le périmètre ;
  • À la fin de chaque journée de travaux, la zone sera nettoyée et les équipements mis en œuvre seront désinfectés avant de quitter l’emprise des travaux.
Après abattage de chaque platane, pour garantir la non-prolifération de la maladie par la partie aérienne de la souche durant le délai d’un mois avant le dessouchage, celle-ci sera rabotée et recouverte de grave concassée.
Enfin, les rémanents seront triés en deux catégories : l’une valorisable pour la filière bois énergie, l’autre comme déchets ultimes alors incinérés.
Mais face à ce fléau, la Ville souhaite œuvrer le plus rapidement possible pour que la Place de la Libération retrouve de sa superbe. C’est pourquoi, dès l’automne prochain, une réflexion sera menée sur l’ensemble de cet espace paysager.

le-chancre-colore-une-maladie-invincible-Photo Le DauphinéQu’est-ce que le chancre colorée ?
Le chancre coloré est une maladie incurable qui touche les platanes et provoque leur mort. Le champignon responsable de la maladie (Ceratocystis platani) est un organisme nuisible réglementé dont l’introduction et la dissémination sont interdites en application de la réglementation européenne.
Cette maladie des platanes serait arrivée en France initialement aux abords de Marseille durant la seconde guerre mondiale à partir de caisses en bois infestées contenant du matériel militaire. Depuis elle a progressé dans différentes régions du Sud de la France, touchant les régions Provence-Alpes-Côte d’azur, Languedoc Roussillon, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées ou encore l’Aquitaine.
Comment lutter contre le chancre coloré ?
En France, la lutte contre le chancre coloré est obligatoire dans le cadre d’un arrêté national du 22 décembre 2015 relatif à la lutte contre Ceratocystis platani, agent pathogène du chancre coloré du platane. Il n’existe, à l’heure actuelle, aucune méthode curative dont l’efficacité ait été scientifiquement prouvée contre cet organisme nuisible. L’abattage des arbres infestés et environnants demeure la seule méthode efficace pour lutter contre le ravageur. La poursuite des abattages est donc indispensable pour éviter une trop forte progression du chancre coloré dans les régions infestées.
Source : site du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (https://agriculture.gouv.fr/le-chancre-colore-du-platane)

Notification de contamination et demande d’abattage d’arbres par la Préfecture :

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Permet l'analyse et le comportement des utilisateurs

  • _ga
  • _gid

Refuser tous les services
Accepter tous les services