Conseil municipal du 29 novembre 2021

Le prochain Conseil municipal se réunira le lundi 29 novembre 2021 à 18h à la salle des Colombes
Invit CM 29 11 2021
OJ CM 29 11 2021
Compte-rendu du Conseil municipal du lundi 29 novembre 2021

Questions diverses :
Je reviens vers vous au sujet de l’aménagement de l’entrée de la ville de Trets, côté Peynier sur la D908.
Avec les habitants du quartier concerné, nous vous avons déjà interrogé en Conseil Municipal en mai 2021 et vous avez répondu en disant que “la Métropole fera une proposition en septembre 2021”.
Nous sommes en novembre 2021, avez-vous du nouveau concernant ce dossier ?
Merci de votre réponse,
Cordialement
Corinne Tomasini
Monsieur le Maire,
Par délibération du 28 septembre 2021, la cession de la parcelle AO 136 à la société Vinci, sur laquelle se trouve la salle dite de la cascade, a été adoptée à la majorité de 26 voix.
Sa disparition risque de poser un problème organisationnel pour les associations utilisatrices au mois de septembre 2022, notamment pour celles pratiquant la musique.
Dans un premier temps, il nous semble nécessaire de réfléchir dès aujourd’hui avec les associations aux solutions possibles de remplacement de cette salle.
Comme vous le savez, la demande de cours de musique reste importante sur notre commune. La création d’une école de musique est indispensable.
Nous déplorons que les investissements structurels et financiers des municipalités précédentes en faveur la culture n’ont jamais été à la hauteur de ceux faits au profit des sports.
Envisagez-vous d’engager prioritairement sur le prochain budget un projet de construction d’une maison culturelle avec une capacité d’accueil digne d’une ville de plus de dix mille habitants ?
Michel MATTY
Monsieur le Maire,
Tout d’abord, je voudrais vous adresser mes remerciements ainsi que ceux de nombreux tretsois pour avoir mis en place le Conseil Municipal des Jeunes. En effet, vous savez combien je suis attaché à la Démocratie. En revanche, de nombreuses remarques émanent aussi bien de citoyens que de candidats sur la manière dont a été organisée cette élection :
L’instauration du CMJ n’aurait pas dû être mise en place sur un temps aussi court, ne laissant aucune place à la communication, les échanges et la documentation. De fait, l’information délivrée a été souvent partielle et floue. Aucun délai ne justifiait une précipitation dans l’organisation puisque cet organe est mis en place de manière volontaire. Beaucoup de parents n’ont pas été informés, au même découvert ont même découvert que leur enfant était candidat le jour de l’élection. Je pense que les parents ont un rôle à jouer dans l’accompagnement de la démocratie.
• Peu de visibilité sur les conditions des votes, les implications relatives aux rôles d’élus, la définition même du rôle, pas plus que sur les actions ou moyens donnés.
• Les lycéens n’ont pas pu prendre part à cet exercice démocratique et je le déplore. Envisagez-vous d’en faire entrer dans un futur proche ?
• Aucune charte n’a été rédigée expliquant les modalités et le fonctionnement de ce CMJ. La rédaction d’une telle charte est-elle prévue de sorte qu’on puisse avoir une base de règles ?
• L’organisation du scrutin a révélé des inégalités de traitement entre les primaires et les collégiens et même entre les différentes écoles. Pronote pour les collégiens ne prévoyait pas la parité mais le vote pour un candidat unique. Par ailleurs, le choix du candidat ne mentionnait pas que ce serait par classe. Ces contraintes surajoutées aboutissent à ce qu’il manque 2
conseillers pour le collège en plus des 8 du lycée et des écoles primaires sous représentées.
• La parité était-elle franchement nécessaire privant de sièges des collégiennes qui souhaitaient s’investir alors même que tous les sièges n’ont pas été pourvus ? La parité a été instaurée dans
les instances pour permettre aux femmes de mieux participer à la vie politique. Et voici qu’en l’instaurant sur cette élection, cela empêche des collégiennes motivées d’être élues. Sauf erreur, le CMJ entre dans le cadre législatif des « commissions consultatives » et donc toute liberté est donnée dans son organisation.
Pour une meilleure organisation, peut-être eut-il été utile de travailler en commission plus large pour la préparation de ce beau projet en adjoignant par exemple l’Association des Parents d’Elèves et des élus d’opposition (qui ont été délibérément exclus de ce processus), voire des citoyens motivés. Sans doute une meilleure préparation par les enseignants aurait-elle permit aussi un meilleur déroulement des opérations préalables à cette élection. Néanmoins, les jeunes élus ont semblé très investis de leur mission et je les en félicite. Je forme des voeux pour que leurs projets puissent aboutir grâce à des subventions qui seront votées en Conseil Municipal pour leur permettre d’agir.
Je terminerai sur la démocratie qui est au coeur de cette action. Comment permettre à nos jeunes de découvrir et d’appliquer directement les principes démocratiques en n’étant pas nous-mêmes exemplaires ? Pas d’invitation officielle à TOUS les élus du CM, ce qui, à défaut d’informer ses membres, permet au moins de les informer et à les respecter. Un vote en CM expédié ne laissant la place ni au débat, ni aux échanges qui auraient permis à minima d’informer les citoyens qui s’intéressent à la vie politique de notre village.
J’ai confiance en notre jeunesse, je connais leur capacité d’être force de propositions, j’ose espérer que ce Conseil municipal des jeunes ne sera pas un gadget de communication, mais que leurs
propositions seront réellement écoutées et assorties de projets.
Bien que vous ayez délibérément écarté les élus d’opposition, j’ai suivi les débats dont j’ai pu apprécier la teneur de grande qualité. Je tiens à féliciter la jeune Louise LE PANN-GOURITEN, vu la qualité de son élocution, l’avenir de la démocratie est assuré.
Pascal SPETER
Suite au terrible accident survenu le jeudi 18 novembre dans la zone commerciale de la Burliere,comptez-vous prendre des dispositions pour que cela ne se reproduise plus.
Cordialement.
C.Blanquer
Bonjour, ma question du jour a vocation à être une réflexion à débattre.
Notre société doit évoluer et nous devons la préparer. Il faut redonner un rôle central à notre centre-ville, certaines démarches ont commencé notamment avec l’arrivée du manager ; nous sommes d’ailleurs impatients de connaître ses premières analyses et recommandations.
Une des actions qui permettrait de dynamiser et redonner vie à nos quartiers, serait d’y ramener une partie des travailleurs. Actuellement, les possibilités de travail dans la commune restent limitées aux commerces et entreprises en place. Or, nous avons pu constater ces derniers temps un véritable levier pour ramener une partie de ceux-ci au cœur de notre commune.
Est-il envisagé un espace de travail partagé permettant à un grand nombre de pouvoir pratiquer leurs activités professionnelles, dans un environnement dédié, avec des infrastructures numériques et des espaces appropriés pour la réflexion, la concertation et l’échange.
Permettre aux habitants de travailler où ils habitent ouvre beaucoup de nouvelles perspectives. Le travail est majoritairement diurne et, pour beaucoup, dans des zones industrielles ou d’activités, telles que la zone de Rousset ou encore la Duranne à Aix. N’étant pas, en journée, sur la commune, ils y consomment peu (déjeuner, courses alimentaires, etc.). Par ailleurs, cela implique une durée de garde des enfants plus longue et donc plus chère (cf point numéro 11). En outre, cela limiterait l’usage de la voiture pour les trajets maison-travail, qui ont beaucoup de conséquences : embouteillages, pollution aux monoxyde de carbone et particules fines qui touchent les plus fragiles d’entre nous.
Une première mise en place est en cours au niveau de la médiathèque, pourquoi dès lors ma question ?
Si l’espace de la médiathèque peut apporter un vrai plus pour des usages ponctuels, c’est très insuffisant pour répondre aux problématiques du travail distanciel. La médiathèque est un lieu de calme propice à la réflexion et à la culture, alors que le travail des sociétés de services, des start-ups, ceux les plus enclins à pouvoir télétravailler, est un travail d’échange où dynamisme et efficacité sont souvent les principales caractéristiques.
L’aspect social et relationnel qui disparaît dans le télétravail pratiqué chez soi retrouve sa place dans ces espaces de « travail partagé ». La place du travail dans notre société est en pleine évolution et il me semble que la Ville a un grand rôle à jouer dans ce changement de paradigme en créant un véritable lieu permettant la dynamique des échanges inter-entreprises.
Bien conscient des enjeux liés à un tel sujet, je vous propose la création d’une Commission Consultative dédiée à la réflexion et l’élaboration d’un projet d’envergure.
Arnaud Guiboud-Ribaud

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Permet l'analyse et le comportement des utilisateurs

  • _ga
  • _gid

Refuser tous les services
Accepter tous les services